Planter un arbre

Introduction

Il y a toutes sortes de raisons à vouloir planter un arbre... économiques, sociales, écologiques, symboliques, etc...
Il y a aussi différentes méthodes, par exemple, un agriculteur qui veut garder ses arbres 10 ans ou 25 ans ne va pas planter de la même manière ou encore une voirie qui veut avoir des grands arbres tout de suite, va planter des sujets adultes de 5 mètres de haut en sachant qu'il faudra les remplacer dans 30 ans (moyenne). Mais par contre dans un parc, elle voudra des sujets qui résiste plus longtemps et plantera des sujets plus jeunes

Avant de planter, il est nécessaire de planifier précisément quels arbres seront plantés.

CompoVerde conseille de planter des arbres très jeunes afin qu'ils puissent s'adapter à leur localité de manière optimale.


Bien planté, un arbre peut résister au vent fort et mieux résister aux événements climatiques extrêmes.


Comment planter un arbre: visonner la vidéo

Cette vidéo explique les principales étapes pour planter un arbre. Suivant la localité, les contraintes peuvent être très différentes.
Les principes de bases sont: 

  1. Planter des arbres jeunes, sains et vigoureux
  2. Mettre du compost lors de la plantation pour apporter les microorganismes du sol
  3. Ancrer correctement le plant au sol
  4. Mettre une litière pour protéger le sol autour de l'arbre
  5. Protéger le plant contre les herbivores
  6. Arroser de manière adéquate




Pourquoi planter un jeune arbre plutôt qu'un arbre adulte ?

Si le projet est de planter un arbre pour le long terme, il est préférable de planter un très jeune arbre (2-3 ans) au maximum.

Bien-sûr, la plantation de petits arbres a des désavantages, par exemple, il y a plus de risque de perdre les arbres les premières années.
Il est nécessaire d'attendre plusieurs années avant d'avoir des sujets adultes bien proportionnés selon les espèces.

Mais les avantages sont bien plus nombreux... L'arbre sera plus vigoureux et plus résistant à l'âge adulte.
De plus les racines peuvent non seulement mieux s'adapter à la situation et au sol, mais aussi se lier aux champignons mycorhiziens, symbiose qui permet une meilleure croissance qu'avec des engrais et une meilleure résistance globale.


Planifier son projet de plantation

Avant de mettre son énergie dans la plantation, il est nécessaire de préciser le but de la plantation, à la surface qu'occupera chaque arbre adulte, au voisinage, etc...

Le choix de l'espèce et de la variété est très important.

Il est impératif de planter un arbre sain avec des racines en bonne santé.
Il faut vérifier si les racines sont saines. L'extrémité de la racine pivot doit être droite.
Les bourgeons et les rameaux sont sains.
Il est donc important de trouver un pépiniériste compétent.

Démarrer un projet

Comment planter un arbre

  1. Tout d'abord tracer un cercle d'un mètre de diamètre sans herbes autour du lieu de plantation.
  2. Puis planter l'arbre en faisant un mélange de deux tiers de terre et d'un tiers de compost.
  3. Tasser très légèrement à trois endroits la terre autour des racines, afin de bien fixer le jeune plant au sol.
  4. Arroser abondamment le jeune plant (même tous les jours la première semaine si besoin est).
  5. Sur le cercle, autour du jeune arbre, mettre des cartons bruns récupérés (légèrement humide), puis recouvrir de 4 cm de mulch (écorce, copeaux, etc...)
  6. Ensuite protéger le jeune arbre avec une bouteille en plastique transparente de 2 litres, dont on aura coupé le haut et la bas, puis enfoncer légèrement la bouteille dans la terre. La bouteille protégera efficacement le jeune arbre des éléments.

Remarques:

Les plantes perçoivent les infrarouges lointain des autres plantes, ce qui peut freiner leur croissance ou les mettre en phase de latence, c'est pourquoi il est important d'enlever la végétation dense autour des jeunes plants.
Laisser un mulch permet de protéger le sol et améliorer la perméabilité du sol.

Concernant le compost, il est important de vérifier que la terre contiennent assez d'humus pour retenir l'eau et accueillir les micro-organismes utiles à l'arbre. Si ce n'est pas le cas, il est important d'en rajouter lors de la plantation.
Le mieux est d'avoir à disposition du vermicompost mûr et frais afin de remettre directement des micro-organismes vivants qui vont protéger le jeune plant des organismes pathogènes (nématodes, etc...).
Le compost doit être mature afin d'éviter la faim d'azote. En cas de doute mieux vaut l'épandre en surface, il finira de mûrir en surface puis sera intégrer dans le sol par les vers de terre.

Concernant les engrais, mieux vaut les mettre en faible quantité, à effet retardateur dans un sol pauvre. Mais il faut savoir que les engrais peuvent avoir un effet inhibiteur sur la mycorhization et finalement de ralentir la croissance.

Concernant l'arrosage, il vaut mieux arroser une fois par semaine, mais abondamment, que de faire des arrosages journaliers.
De tout manière, une irrigation de surface va donner un système racinaire en surface, plus fragile.
L'utilisation des gaines d'irrigation permet d'arroser tout en conduisant les racines en profondeur et ainsi de fortifier l'arbre.

Il n'est pas conseiller de tuteurer un jeune arbre, car le vent permet de fortifier les racines et le tronc, s'il y a vraiment besoin, utiliser un tuteur de 50 cm de hauteur (en dessus du sol) au maximum. Le jeune arbre a besoin de recevoir le stimulus du vent.

Planter en réseau, sous le vent et pour s'adapter aux changements climatiques

Planter en réseau

Il est aussi possible de planter trois jeunes arbres de la même espèce en triangle équilatéral avec ou sans gaine.
Les arbres vont grandir, leur racines vont former un réseau racinaire et être plus efficaces pour explorer le sol autour d'eux. Il est ensuite possible de couper deux arbres pour garder un seul arbre qui bénéficiera du réseau de trois arbres.

Planter sous le vent

Le vent est très important pour le jeune arbre. Les racines et le tronc sont stimulés et deviennent plus robuste.
C'est pourquoi, il n'est pas nécessaire de tuteurer le jeune arbre.
D'ailleurs les arbres qui sont tuteurés, ont plus de chance d'être déracinés plus lors lors d'un événement extrême.
D'une manière générale, c'est efficace de laisser le jeune arbre affronter les éléments climatiques, sans, bien sûr, qu'il soit abîmé. Il devient plus robuste. Il grandit un peu plus lentement au début, mais rattrape son retard plus tard.

Les arbres et les changements climatiques

A cause du dérèglement climatique, les événements extrêmes vont devenir plus fréquents, que ce soit plus de tempêtes (fortes pluies et vents violents) ou plus de canicules.
Les arbres plantés jeunes et de manière optimale vont pouvoir mieux résister aux vents violents, ä un sol détrempé, au manque d'eau ou aux températures caniculaires.